On fait le point sur la polémique WhatsApp

On fait le point sur la polémique WhatsApp

Ah… les fameuses « nouvelles » conditions d’utilisation de WhatsApp, vous vous rappelez ? Cela fait un an que l’application de messagerie cherche à faire appliquer en Europe ces changements très critiqués en début d’année 2021. Je vous propose, pour ce quasi-anniversaire, de revenir sur les grandes étapes de ces derniers mois.


Image : ecranmobile.fr

Janvier 2021 : annonce et report

Si vous n’aviez pas suivi le sujet à ce moment-là, sachez que Facebook (le groupe ne s’appelait pas encore « Meta »), avait décidé de partager les données des utilisateurs provenant de WhatsApp vers Facebook. Cette annonce ayant été très mal reçue, beaucoup d’utilisateurs se sont tournés vers d’autres services. Je vous explique tout cela en détail dans l’article Pourquoi j’ai désinstallé WhatsApp.

Pour résumer, ce qui est reproché à l’application mobile, ce n’est pas le partage du contenu des messages, qui est protégé par chiffrement. C’est le fait que ce nouveau cadre permette à la plateforme de partager des données (adresse IP, métadonnées…) avec Facebook et ses autres filiales, pour « améliorer la rentabilité de WhatsApp ». En plus de cela, les conditions générales d’utilisation (CGU) restent incompréhensibles pour la plupart des gens, votre tata juriste mise à part.

Est-ce que WhatsApp vous observe plus qu’avant ?

La date initialement prévue pour la mise en application des nouvelles règles était le 8 février 2021. Suite à la vague de protestation, le groupe Facebook (Meta) a décidé de reporter la date au 15 mai 2021, le temps de calmer le jeu.

Mai 2021 : deadline

Début mai, un commissaire régional allemand interdit au groupe Facebook tout transfert de données vers l’étranger pendant trois mois, le temps de clarifier ses conditions d’utilisation. Ça commence bien pour la mise en application des nouvelles règles côté Allemand… Même si Facebook semble avoir totalement ignoré cette ordonnance (source).

Peu après le 15 mai 2021, nous apprenons que WhatsApp abandonne finalement toutes les « dégradations de fonctionnalités » prévues pour les utilisateurs refusant les nouvelles conditions (source), en tout cas jusqu’à nouvel ordre. Il semblerait que les décideurs de chez Meta aient vu trop d’utilisateurs fuir leur application pour des équivalents plus respectueux de la vie privée comme Signal ou Telegram, cf. l’analyse de SensorTower.

On peut dire que l’annonce de WhatsApp en janvier 2021 a eu son petit effet sur la concurrence !

À noter également que le Conseil européen et la Commission européenne ont arrêté d’utiliser WhatsApp et sont passés sur Signal ce même mois de mai. Bravo ! Si vous ne savez pas pourquoi je vois ça comme une bonne chose, je vous invite à consulter mon article Pourquoi et comment utiliser Signal Messenger ?

Juin 2021 : rétractation

WhatsApp décide finalement de laisser tranquille les utilisateurs qui n’auront pas accepté les nouvelles CGU. Les restrictions appliquées à l’application ne seront pas mises en application (source). Les utilisateurs qui refusent toujours les conditions recevront des alertes régulièrement (merci pour le spam…) quand ils communiqueront avec des entreprises et uniquement à ce moment-là.

Pour rappel, la mise à jour des conditions d’utilisation concerne les messages que vous envoyez à des entreprises via WhatsApp. Votre numéro de téléphone et certaines données d’utilisation sont déjà partagés avec Facebook depuis 2016 (c’est triste… je sais).

Illustration de la rétention des données chez Facebook (image : internetprotocol.co)

Juillet 2021 : enquête et plainte

L’European Data Protection Board (le régulateur européen) oblige l’Irlande à effectuer un contrôle sur la manière dont sont gérées les données chez WhatsApp (source). L’Irlande est un point clé pour Facebook puisque son QG européen s’y trouve. La suite en septembre… (spoiler alert: ça finit mal pour eux).

En plus de cette enquête, des organisations de défense des consommateurs lancent une action auprès de la Commission européenne afin d’obtenir le respect de leurs droits. Ils estiment que WhatsApp force la main des utilisateurs en les menaçant de perdre leur compte ou certaines des fonctionnalités. (source)

Septembre 2021 : amende record

Le 2 septembre, l’autorité de protection des données irlandaise (Data Protection Commission) inflige à WhatsApp une amende de 225 millions de dollars (avec un blâme en bonus) pour cause de manque de transparence au sujet du partage de données Facebook-WhatsApp (source). WhatsApp a fait appel, affaire à suivre donc…

Janvier 2022 : la Commission européenne revient à la charge

La Commission européenne exige des éclaircissements et prévient que « le respect de la législation n’est pas optionnel » (source). L’idée est que l’application fasse en sorte que son nouveau cadre juridique soit compréhensible du public et conforme à la législation (RGPD). L’utilisateur doit pouvoir comprendre ce qu’il signe et en accepter ou non les conséquences, en toute connaissance de cause.

On peut constater que, depuis le début de cette affaire, l’Europe persiste et signe dans une attitude de résistance, en s’appuyant notamment sur son RGPD. Pour le reste du monde par contre, la messe est dite…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.